une œuvre qui se construit pas à pas et pièce à pièce

Concertation et médiation environnementales (Comédie)

www.comedie.org

Comédie est un programme d’appui à la concertation, à la médiation et à la participation citoyenne dans le domaine de l’environnement et du territoire.

Il est animé par deux associations: Geyser et l’Afip.

Competences

Competences : Change process, Tools and methods, Pedagogy and trainings

Fields : local agrifood systems, renewable energy

Le dialogue territorial : une dynamique collective qui associe décideurs, acteurs et citoyens au service de la transition écologique

Le dialogue territorial est une démarche qui permet aux parties prenantes concernées par un problème ou un projet de co-construire des solutions qui respectent les besoins de chacun. Cette démarche, basée sur les principes de la médiation de conflit (négociation raisonnée), est développée par l’association GEYSER depuis les années 2000.

Elle repose sur les principes suivants :

1. La plupart des concertations privilégient l’expression et la confrontation de positions, d’avis, d’arguments ; il s’agit de débattre, voire de convaincre. Le dialogue territorial privilégie l’expression et la compréhension mutuelle de perceptions (points de vue) et de besoins (préoccupations, motivations, intérêts) ; il s’agit de se comprendre. C’est l’un des principes essentiels de la négociation raisonnée.

2. Le dialogue territorial ne mobilise pas que les dimensions intellectuelles et rationnelles de la personne humaine. Il tient compte des perceptions / ressentis et des émotions ; il mobilise la créativité, l’imagination et le désir / la motivation. Par ailleurs, il considère qu’il existe plusieurs rationalités.

3. Le dialogue de savoirs est essentiel. Il ne s’agit pas seulement du dialogue entre experts qui viendraient de disciplines ou d’horizons différents, mais du dialogue entre savoir scientifique (ou savoir de spécialiste) et savoir profane (ou savoir d’usage). Autrement dit, l’animateur doit faciliter l’expression et la prise en compte des savoirs profanes qui sont souvent méprisés.

4. La préparation du dialogue est aussi importante que le dialogue lui-même (par le temps qui lui est consacré, mais aussi par le fait qu’elle amorce le processus de rapprochement et la construction de la confiance). Elle permet notamment de co-construire le cadre du dialogue. Les entretiens bilatéraux entre l’animateur et chacune des principales parties prenantes sont l’élément central de cette préparation.

5. Le dialogue territorial est un processus progressif, simple et flexible qui doit permettre le franchissement collectif d’étapes successives. C’est pourquoi l’assiduité aux réunions est une règle essentielle de fonctionnement pour les instances qui sont au cœur de la co-construction.

6. L’articulation entre dialogue et décision est essentielle. C’est pourquoi, il est important de clarifier le plus tôt possible la succession de décisions qui permettront de passer des propositions issues du dialogue à la mise en œuvre. Par ailleurs, il convient de prévoir une restitution aux parties prenantes : de la décision et de la manière dont les produits du dialogue ont été pris en compte.

7. L’animateur construit (avec la participation des parties prenantes) un cadre général au processus, puis un cadre propre à chaque réunion. Ce cadre doit être à la fois sécurisant, motivant et responsabilisant. Une des fonctions essentielles de l’animateur est de faire respecter ce cadre, voire de l’adapter si nécessaire, pour stimuler le potentiel coopératif des participants. Ceci repose sur trois élément clés : l’intention, l’attitude et le vocabulaire.

8. L’attitude de l’animateur est fondamentale. Elle repose sur une forte empathie, mais aussi sur des convictions « humanistes », une confiance dans le potentiel altruiste de chaque individu. L’adoption d’une posture neutre, multi-partiale est essentielle.

Scope of action

Country : France